31 janvier 2008

Motivation interne aux commandes !

Etre ou Faire ?

Faire soi-même ou faire exécuter ?

Faire pour se faire plaisir ou faire pour faire plaisir à quelqu'un ?

Motivation interne ou motivation externe ?

J'ai le sentiment que la plupart des adultes se placent face à l'enfant,
et face aux autres, comme une personne ...
qui cherche un moyen d'obtenir tel ou tel comportement de l'autre,
telle ou telle réaction, jugée correcte.
En quelquesorte ... tirer le meilleurs de l'autre !
J'ai le sentiment que nous vivons une période de forte manipulation.

J'ai le sentiment que nous n'avons même pas conscience
des rapports de force constant que nous subissons,
et que nous imposons aux autres !

J'entends des paroles comme:

"fini vite ton exercice"
"dépèche-toi"
"Ne touche pas"
"Va faire tes devoirs" (...seul !)
"Range ta chambre" ...

message anodins du "fais ça pour rester en bonnes relations avec moi ! "

Alors qu'un message

"Je suis impatient(e) que tu aies fini !"
"J'y tiens beaucoup, j'ai peur que tu aies un geste maladroit"
"Je n'ai pas le temps ni la capacité d'être derrière toi pour tes devoirs!"
ou "je me sens découragée à l'idée du temps qu'il va falloir pour tout ranger !"
pourrait dévoiler un autre aspect qui nous concerne plus étroitement !

Nous sommes souvent frustrés de voir
combien l'enfant "résiste", alors que ... "Nous le motivons ! ".
Les moyens, pour obtenir ce que l'on veut, sont divers et variés
mais reviennent toujours à ce que j'appelle "la motivation externe"...

qu'elle soit négative...
(menace de perdre la face, d'une mauvaise note, de passer pour un imbécile devant les autres...)

ou positive...
(promesse d'un calin, d'un bonbon, d'un salaire plus élevé, d'une valorisation sociale, tableau d'honneur et compagnie !)

J'ai découvert dans la pédagogie Montessori une attitude de respect,
une autre façon de développer une relation,
une relation face à soi-même plutôt que face aux autres.
Une relation où l'on se met au service de l'enfant,
où l'on se propose de l'aider à devenir lui-même,

en acceptant que cela prends du temps,

et où on lui laisse la possibilité de refuser notre aide !

Cela implique que l'on respecte sa réponse, chaque fois que l'on pose une question !
(Combien de fois posons nous une "fausse question" !!!)

C'est une véritable révolution. On se permet de quitter notre position de "force",
pour prendre le risque d'un relation d'égal à égal, une position d'écoute.

L'enfant n'est pas un adulte qui ne sais pas encore grand chose,
et que l'on va "remplir" de connaissances, comme un être inerte.

L'enfant a une motivation qui lui est propre.
Il a envie de connaitre plein de choses, naturellement !
Lui imposer un programme de l'extérieur, sans le consulter
c'est nier constamment qu'il est capable de faire des choix,

...et c'est souvent l'empêcher de trouver les moyens

de se motiver par lui même pour aller jusqu'au bout !

L'enfant est doué d'une MOTIVATION INTERNE !
Comme chacun de nous !

Et notre rôle est d'utiliser à bon escient cette énergie renouvelable !
Car cette motivation permet d'accéder à une BONNE ESTIME de SOI !


L'objectif à atteindre n'est pas à l'extérieur, mais à l'intérieur.
Et ainsi l'enfant apprends la réelle autonomie,
celle de se sentir capable de s'occuper lui-même de sa vie !

Cela ne veut surtout pas dire le laisser seul face à ses difficultés !
Ni de lui préparer un parcours sans difficultés !

...mais c'est l'aider à mesurer ses forces,

le connaitre suffisamment pour savoir ce qui est possible,
préparer avec lui un chemin dont il est capable de franchir les obstacles,
et le laisser expérimenter par lui-même dans un environnement où il sait

qu'en cas de difficulté,

il trouvera cet adulte solide, bienveillant et compréhensif
pour épauler sa démarche.

Parce que le meilleurs moyen de trouver,
c'est de chercher par soi-même
parce qu'on l'a décidé !

3 commentaires:

Samsonette a dit…

Tout ce que vous dites est juste. Seulement, il faut faire un travail de fond sur soi et arrêter de penser que tout doit toujours être rythmé par la rapidité et le va-vite. Si l'on arrive à relativiser et à prendre du recul, la méthode Montessori est utile, toutefois, pour les stressés et préssés, elle est inconcevable...
Pour ma part, j'y travaille, mais tout reste encore à faire.
Bravo pour votre blog, il m'inspire.

Florence en France a dit…

oui, c'est vrai, pour un "pressé", prendre son temps est impensable.

Mais peut-être est il possible pour lui de penser petit à petit à laisser à l'autre la possibilité de prendre son temps.

En quelquesorte, nous sommes, chacun, responsables de notre temps...pas de celui des autres !

Quand on fait quelquechose ensemble, il s'agit alors de se coordonner. C'est à dire demander à l'autre à quel rythme on accepte d'aller tous les deux, sans imposer à l'autre son rythme propre !

Un jour à la fois tranquillement, se donner à soi-même le temps de changer, par respect pour soi.
Peut-être qu'un pressé mettra alors plus de temps !

Amicalement

Florence

julie a dit…

Merci florence de nous partager tout cela !!
C'est très vrai de A à Z et c'est bon d'entendre d'autres penser comme nous !!!
Cela donne du courage et de la force.
à bientot !!
julie